Bilan de notre séjour dans le sud Vietnam :

Lors de notre précédent voyage d’un mois au Vietnam, nous avions consacré peu de jours à la région du Delta du Mékong mais avions vraiment apprécié les paysages et la quiétude qui règne sur les bouts de terre formant des îles entourées par les canaux de circulation (les arroyos).

Ce voyage nous donnait l’opportunité d’y revenir et c’est en bus depuis le Cambodge (Phnom Penh) que nous sommes entrés dans le pays pour une dizaine de jours (Visa gratuit pour les séjours de moins de 15 jours). Il y avait d’autres options possibles depuis le Cambodge (Kampot en bus ou en bateau pour aller directement vers des villes du Delta comme Can Tho par exemple). Etant à Phnom Penh c’est à Ho chi Minh que nous sommes arrivés au Vietnam. C’est dans une petite guesthouse au coeur des ruelles du centre ville que nous avons posé nos sacs pour deux jours, accueillis chaleureusement par la charmante Kim (Best Hotel Cafe Saigon, 11€ la chambre avec salle de bain privée).

Après avoir flâné dans le quartier et retrouvé nos marques dans les rues, places et marchés animés, nous avons pris un bus pour la ville de Cantho, plus grosse cité du Delta du Mékong (3h de bus /7€). Nous avons choisi un hébergement à l’écart de l’agitation, en bordure des canaux, le Dan Sinh homestay qui propose des bungalows traditionnels en bois sur pilotis pour 7,50€ la nuit).

La ville de Cantho possède le plus grand marché flottant du pays, le marché de Cai Rang que nous voulions découvrir. Qui dit marché flottant dit lever à l’aube car les affaires se négocient dès 4h du matin et il n’est pas question de louper le ballet des nombreux bateaux chargés de bananes, ananas ou légumes,  et l’effervescence des négociations qui s’y passent.

Après nos déambulations au marché et quelques dégustations, nous avons pris un petit déjeuner vietnamien dans un des bars flottants installés sur le fleuve, puis visité le marché sur terre.

Ensuite, c’est dans un atelier que nous avons découvert la fabrication des feuilles de riz ( pour confectionner les délicieux nems ou rouleaux de printemps).

C’est par l’intermédiaire de notre hôte que nous avons effectué cette sortie très interessante et bien organisée (coût de la sortie 11€ par personne). Hormis cette sortie en barque nous avons emprunté des vélos à notre guesthouse et sillonné les chemins étroits dans le dédale des arroyos et villages autour de notre guesthouse. Comme j’ai la dengue ( contractée au Cambodge), nous apprécions de nous poser, l’atmosphère des lieux est tout à fait propice à la détente.

Après la région de Cantho, c’est Anh Binh que nous avons choisi comme deuxième escale dans le Delta et c’est en voiture partagée et pour 7€ que nous effectuons le trajet. Nous logeons à Ba Linh homestay (19€ la chambre très cosy avec le petit déjeuner compris).

Anh Binh est aussi très joli et tranquille et c’est encore une fois en selle que nous parcourrons les environs sans autre but que celui de découvrir la vie locale et les sourires des enfants toujours accompagnés de « Hello » à notre passage.

Après deux jours paisibles dans ce décor luxuriant nous partons en moto taxi puis en bus vers Ben Tre pour nous rendre dans une famille qui nous avait chaleureusement accueillie huit ans plus tôt, sur l’île de la Licorne (Thoi Son): Hai Den House. (29€ la chambre plutôt sommaire, avec petit déjeuner et repas du soir très bons et copieux).

C’est l’Anniversaire d’Alex et nos hôtes le découvrent en prenant nos références sur le passeport. Nous avons été choyés avec un repas exceptionnel, un gros gâteau et de beaux moments de partage. 

Cette homestay fonctionne uniquement par le bouche à oreille ( ils ne sont ni sur Booking ni sur Agoda) mais ne reçoivent qu’occasionnellement, en raison de problème de santé. Il fait très chaud et je ne me sens pas suffisamment en forme pour explorer plus loin que le verger de la guesth et les environs proches. L’île est très agréable et les hôtes prêtent des vélos pour la découvrir ( nous l’avions fait en 2011).

Après deux jours passés dans cette famille nous partons en taxi pour Mytho ( 2,50€) puis en bus pour Ho Chi Minh (2,30€ pour 2h de transport) et retournons chez Kim pour finir cette petite étape vietnamienne et retrouvons les joueurs de plumfoot (Da Cau en vietnamien) sur la place centrale. Le Da Cau est un sport asiatique très présent au Vietnam, il consiste à s’envoyer un genre de volant de badmington avec le pied (le dessus comme le dessous du pied) et le torse. Ce sport se pratique dans la rue, sur les places surtout, en équipe, en cercle aussi. Il y a même des compétitions de plumfoot. C’est impressionnant à observer.

Lors de notre séjour dans le Delta du Mékong nous avons toujours mangé dans nos hébergements, à Ho Chi Minh nous avons découvert le Royal Saïgon qui propose une bonne cuisine vietnamienne, on a surtout mangé dans des food court installés dans la rue. Il n’est pas difficile de se régaler au Vietnam, la cuisine est tellement savoureuse! 

Pour conclure, un petit point budget s’impose: 

Nous avons dépensé en moyenne 19€ par jour et par personne durant nos 10 jours au Vietnam.

Bilan de notre séjour au Cambodge :

Avant de vous partager notre itinéraire et quelques bonnes adresses et autres, il est nécessaire que je commence ce bilan par quelques explications, réflexions et même ressentis sur ce séjour.

Puisque nous sommes sans guide de voyage, on essaie de préparer un peu les étapes en s’inspirant d’autres voyageurs, de leurs avis, leurs coups de coeur etc…. mais on est tous différents et ce qui va plaire à certains ne va pas convenir à d’autres et puis il y a certains paramètres à prendre en compte : les pays changent au fil des ans, le tourisme évolue, la période du voyage et donc la météo sont aussi à considérer … bref tout ça pour vous dire que notre séjour dans ce pays a été en demi teinte. Nous avons essayé de comprendre quelles en étaient les raisons, je vous partage ici quelques unes de nos réflexions….

C’est avec une pointe de nostalgie que nous avons quitté le Laos, ce pays nous a enchanté alors peut être que nos attentes étaient trop élevées en arrivant au Cambodge. Nous pensons également avoir fait quelques erreurs sur l’itinéraire. La gestion ou plutôt la non gestion des déchets dans ce pays est catastrophique (hormis à Siem Reap) et l’ omniprésence de déchets plastiques nous a vraiment déplu. Pour finir, et nous avons conscience que ce problème est également présent dans d’autres pays d’Asie (ou autres) mais la présence du tourisme sexuel vient également noircir le tableau de nos impressions sur le pays. 

Evidemment tout ceci est notre petite expérience de 25 jours dans le pays.

Bon maintenant, place à l’itinéraire :

J1 à J7 : Après avoir passé la frontière du Laos et pris deux vans (changement à Stung Treng), nous arrivons à Siem Reap où nous passons une semaine à la découverte de la région et des célèbres temples d’Angkor (cf l’article détaillé dédié à cette étape).

Le ticket que nous avons pris à Don Khone ( 4000 îles au Laos) comprend tous les transports en vans jusqu’à Siem Reap. (23€ environ).

J8 et J9 : Nous prenons un bus pour Battambang (6€). Il est important de préciser que nous avions initialement prévu de joindre ces deux villes par bateau mais on est en fin de saison sèche et cela n’était pas possible… Nous avons été déçus par cette ville et sa campagne que nous avons parcouru en scooter, Les maisons coloniales de Battambang ne présentent pas, à nos yeux, un grand attrait. L’intérêt de cette région est la découverte du lac Tonle Sap et des villages flottants mais en cette saison….

J10 : Nous décidons de quitter cette région pour aller en bord de mer (bientôt trois mois que nous avons quitté la Réunion et le manque commence à se faire sentir ! ). Nous prenons un bus pour nous rendre à Sihanoukville (environ 9H de voyage, pour 20€), on aurait dû faire ce trajet de nuit ça nous aurait éviter de voir l’horreur. Je vous explique tout ça. Bon pour commencer on arrive sous des pluies diluviennes et le tuktuk qui nous amène à notre guesthouse située près de la plage, traverse la ville, les routes sont défoncées (beaucoup de camions passent par là car la ville a un grand port maritime), des montagnes de déchets jonchent le sol et flottent dans les ruisseaux crées par la pluie. La ville est en plein chantier, les investisseurs chinois construisent des hôtels et des casinos, il y a des grues partout. Pour couronner le tout, nous débarquons dans une guesthouse plutôt glauque et humide en bord de plage (parsemée de déchets ménagers), l’accueil n’est pas terrible… Bon on est loin de l’image de la plage paradisiaque là, vous la sentez la grosse déception? Alors le lendemain matin quand on a vu le ciel grisâtre et les gros nuages on a décidé de partir dans le sud du pays et nous n’avons pas tenté d’aller sur l’île de Koh Rong Samloem comme c’était prévu.

J11 à J14 : Nous prenons un bus pour Kampot (escale à Phnom Penh, 5€). La ville est réputée pour ses bâtiments coloniaux (certains sont en état d’abandon, d’autres sont restaurés plus ou moins bien et transformés en commerce ou restaurant), bref pas de coup de coeur pour la petite ville de Kampot.

La région est réputée pour sa culture du poivre, nous avons visité le domaine appelé La Plantation, on a passé une super journée dans cette exploitation bio (poivres à différents stades de maturation et diverses épices), le projet permet à tout un village de vivre, une école a été construite. On est contents d’avoir découvert cette belle initiative, le site et ses environs sont magnifiques.

Durant notre séjour à Kampot nous sommes allés sur la montagne de Bokor, une ancienne station climatique, on n’a pas trouvé les paysages particulièrement beaux, les vestiges d’anciens hotels ou sanatorium laissés à l’abandon donne un caractère un peu étrange au site.

La campagne autour de Kampot est plutôt agréable avec sa rivière et ses mangroves.

J15 à J17 : Nous quittons Kampot pour la petite ville balnéaire de Kep (environ 30mn de trajet, 2€) et là c’est encore une déception…. la plage est bondée de monde, la couleur de l’eau n’est pas très engageante et la vision des égouts qui s’y déversent pas trop loin n’arrange rien. Tôt le matin, on a sillonné le marché de poissons et surtout de crabes ( le crabe bleu de Kep est réputé, il est cuisiné avec une sauce au poivre de Kampot, on a goûté, on a apprécié).

Nous avons pris un bateau (9€ l’aller retour) pour nous rendre sur Rabbit Island (île des lapins). On avait entendu parlé de ce bout de terre comme d’une île paradisiaque, alors oui la plage sur laquelle on débarque est plutôt agréable mais il ne faut surtout pas s’éloigner de là…. la gestion des déchets est encore une fois anarchique et on découvre l’envers du décor en se baladant, des décharges d’ordures à peine dissimulés derrière les bungalows et sur le sentier qui parcourt l’île.

J18 à J22 : Nous prenons un bus pour nous rendre à Kampong Cham (13€), cette petite ville au bord du Mékong n’est pas touristique, elle est typique, plutôt calme et la campagne des alentours est jolie (villages traditionnels, temples…). Sous les conseils de notre ami François, nous avons décidé de passer quelques jours dans une guesthouse au sein d’une ONG (OBT: Organization for Basic Training) située dans le petit village de Chiro, proche de Kampong Cham. Cette ONG créée en 2007 par Sophal, un habitant de Chiro, a pour mission principale de favoriser l’accès à une meilleure éducation pour les enfants et d’améliorer la vie des habitants de ce village très pauvre. Près de 400 enfants viennent à OBT dans l’après midi (après l’école publique) pour prendre des cours d’anglais, math, informatique et musique/danse (des spectacles sont organisés dans des hôtels de la capitale ou dans la région). OBT a également mis en place des projets autour du ramassage de déchets et  du recyclage de plastique (fabrication de briques avec du sable et du plastique, fabrication de carburant pour les engins agricoles). La gestion de bungalows, de nuits chez l’habitant ainsi qu’un restaurant d’application permettent à certains jeunes de s’initier aux métiers de l’hôtellerie (partenariat avec des écoles du pays).

Nous avons passé un agréable séjour dans ce village. On a rencontré quelques volontaires mais on est arrivés en pleine épidémie de dengue et 8 des 11 volontaires étaient absents (hospitalisés ou rentrés dans leur pays). Pour la petite histoire, je ne le saurai qu’une semaine plus tard mais c’est ici que j’ai attrapé la dengue (Les symptômes sont apparus au Vietnam).

J23 à J25 : Nous prenons un bus pour Phnom Penh (4€) Nous avons choisi de loger dans le quartier proche du marché central bien placé, le quartier est animé sans être trop bruyant non plus.

Nous avons profité de ce séjour pour faire quelques achats et visiter le Musée du génocide (7€), l’ancienne prison S21, ce musée retrace les horreurs vécues dans ces bâtiments sous la dictature communiste des khmers rouges entre 1975 et 1979. La visite est éprouvante, les témoignages (en audio guide) sont saisissants, émouvants.

Les cambodgiens pansent encore les cicatrices de ce lourd passé.

Au terme de ce séjour, nous prenons un  bus à la gare centrale jusqu’à notre prochaine étape Ho Chi Minh au Vietnam (environ 9€).

Nos hébergements :

A Siem Reap : Hotel Cashew Nut Villa (13€ la nuit), il est dans un quartier assez calme tout en étant proche des restos et bars de la ville. La chambre est simple et correcte, il y a une petite piscine (appréciable après les longues journées de visite des temples). L’accueil est agréable.

A Battambang : Le Lucky Hotel (4,50€ la nuit), très correct pour le prix, il y a une piscine intérieure bon pas terrible faut le dire, on ne l’a pas testée. 

A Sihanoukville :  la guesthouse « chez Paou » (8€ la chambre avec salles de bain communes), elle est située  sur la plage de Otres, l’accueil était plutôt froid et la chambre médiocre.

A Kampot : My Parents Guesthouse (10,50€ la chambre) est tenue par une famille très accueillante, la chambre est très agréable ainsi que l’environnement (joli jardin potager). La guesthouse est à l’extérieur de la ville, il vaut mieux avoir un scooter pour se déplacer.

A Kep :  Man groove Guesthouse (9€) n’est pas très bien située, il y a des vélos à disposition mais leur état est vraiment pitoyable. La chambre est correcte, l’espace commun est agréable, il y a une piscine hors sol, l’accueil est plutôt convivial, très décontracté….

A Rabbit Island : bungalow près de la plage tenu par Simone (7€ prix négocié), c’est simple, l’environnement est sale (déchets ménagers partout derrière les bungalows).

A Chiro (village proche de Kampong Cham) : ONG OBT Chiro ( 8,50€ la nuit), notre bungalow sur pilotis est grand et très agréable, il y a deux terrasses. (Tous les bungalows sont différents).

A Phnom Penh : Le Billabong Hotel ( 23€), auberge de jeunesse avec une grande piscine et un espace commun convivial, la chambre est très bien, propre et confortable.

Quelques bons restaurants :

Bon clairement la cuisine cambodgienne ne nous laissera pas un souvenir impérissable mais on a quand même dégoté quelques bonnes adresses.

A Siem Reap: le Tevy Place est rapidement devenu notre cantine, la cuisine cambodgienne est excellente et à des prix très abordables (2/3€ le plat). Belle découverte, l’accueil y est chaleureux.

Ce n’est pas un restaurant mais on a mangé de très bonnes glaces à Gelato Lab dans le coeur de ville de Siem Reap.

A Battambang: Le Nary Kitchen, la cuisine locale est de qualité ( ils proposent des cours de cuisine).

                         Le Coconut Lili : Ce restaurant local  se trouve à coté du Nary Kitchen et on peut également y prendre des cours de cuisine, on y a très bien mangé.

A Kampot : Le Kampot Seafood and Pepper est tenu par un français, la cuisine est raffinée (beaucoup de poissons et fruits de mer), les prix sont un peu élevés pour un portefeuille de backpackers (environ 7/8€ le plat).

                  Le restaurant de La Plantation, on y a très bien mangé, on a eu la chance de discuter avec les patrons qui nous ont offert du vin et fait goûter certaines spécialités. Tout est bio. Le cadre est magnifique.

A Kep : Le Kilmy, on y est venu pour manger le fameux crabe bleu au poivre de Kampot, c’était très bon. 

A Kampong Cham : le Smile, propose une bonne cuisine locale, c’est un restaurant d’application qui oeuvre auprès de jeunes de milieux très défavorisés.

A Chiro : le petit resto d’application d’OBT, bon la cuisine n’est pas exceptionnelle mais ce projet mérite d’être soutenu et encouragé.

A Phnom Penh : Pizzeria le Limoncello, bon là comme son nom l’indique ce n’est pas local ! Mais une bonne pizza ça fait quand même du bien ! 

Côté finance ça donne quoi?

Il faut savoir qu’au Cambodge on utilise simultanément 2 monnaies : le dollar et le riel, on paye généralement en dollar ( la monnaie de change) et la  monnaie est rendue en riel ou en dollar. On peut aussi payer en riel pour les petites sommes chez les commerçants ou au marché par exemple. Dit comme ça, ça semple compliqué mais en fait on s’y habitue très vite.

Nous avons dépensé en moyenne 26€ par jour et par personne au Cambodge soit un total de 1300€ à nous deux en 25 jours. (180€ consacrés à la visite des temples d’Angkor: Pass de 3 jours 55€ chacun, chauffeur de tuktuk pour les 3 jours: environ 70€).

Pour conclure ce bilan, je dirai que si c’était à refaire je consacrerai du temps à la région du Ratanakiri et du Mondolkiri et ne garderai de notre itinéraire que l’étape de Siem Reap bien sûr, Kampong Cham et un cours passage à Phnom Penh et Kampot.

Notre séjour à Siem Reap à la découverte des temples d’Angkor :

Nous sommes rentrés au Cambodge par la frontière terrestre au sud du Laos (4000 îles), c’est donc d’abord en bateau que nous avons quitté l’île de Don Khone puis en bus que nous avons atteint la frontière tant redoutée par les voyageurs pour sa corruption. Bien sûr nous n’avons pas échappé à la règle du backchich en payant 40 dollars au lieu des 35 officiellement en vigueur… Deux bus et quelques heures de route plus tard nous sommes arrivés à Siem Reap (23€ de transport au total par personne).

C’est dans un petit hotel, le Cashew Nut (12€ la nuit et une piscine pour se rafraîchir après les visites) que nous avons posé nos sacs pour une semaine.

Comme le voyage depuis le Laos était long et donc fatigant nous avons opté pour une journée de découverte de la ville de Siem Reap avant d’arpenter les temples. Cette journée nous a également permis d’organiser la visite du site. 

Visiter les célèbres temples d’Angkor était pour nous un rêve que nous allions enfin pouvoir toucher du doigt et qui justifiait à lui seul notre voyage au Cambodge alors on voulait prendre notre temps et en profiter.

Il faut savoir qu’il y a deux boucles de visites qui permettent de découvrir différents temples (le petit et le grand circuit), d’autres temples sont disséminés dans la région.

Le visiteur peux choisir soit un pass d’entrée à 37 dollars pour 1 jour, un à 62 dollars pour 3 jours (valable une semaine) ou un pass pour les passionnés d’archéologie d’une semaine à 72 dollars (valable un mois). Nous avons opté pour le pass de 3 jours et avons décidé de répartir nos visites sur la semaine et nous avons bien fait parce que mine de rien c’est fatigant ! Et puis comme on dit « trop de temple tue le temple »

Ok pour le pass de 3 jours mais « comment y aller? » et là encore plusieurs options s’offrent à nous : en tuk tuk avec ou sans guide, en scooter électrique, en scooter (officiellement interdit sur le site), à vélo.

Initialement nous avions prévu de faire la grande boucle en tuk tuk et pourquoi pas la petite à vélo? Mais ça c’était avant… avant de réaliser que le temple le plus proche de Siem Reap se trouvait à une quinzaine de kilomètres, de constater que pédaler sous un soleil de plomb au mois de juin n’était pas pour nous. Nous avons donc opté pour le tuk tuk avec juste un chauffeur (environ 20 ou 25 dollars la journée, l’option avec un guide en plus coûte environ 60 dollars). Nous avions entendu parlé sur un groupe facebook de voyageurs  (Bienvenue au Cambodge…infos, échanges, bons plans…) d’un certain Mister Why Not et nous l’avons contacté.

C’est un chauffeur de tuk tuk, il a travaillé comme guide auparavant, il est passionné d’Angkor et plein de petites attentions lors des journées de visites (il amène de chez lui et achète des spécialités cambodgiennes, des fruits…). Il faut savoir que les chauffeurs n’ont pas le droit de faire guide aux temples d’Angkor. Mister Why Not reste près de son véhicule, il ne rentre pas dans les temples mais donne beaucoup d’informations au préalable.

Nous avons consacré notre première journée de visite aux temples qui se trouvent sur le grand circuit, en commençant par la découverte du majestueux Angkor Wat au lever du soleil. C’est donc à 4h du matin que le chauffeur est venu nous récupérer, nous sommes d’abord allés acheter nos pass pour 3 jours (on a pu constater que beaucoup plus de personnes optaient pour une seule journée de visite) puis nous avons rejoint l’entrée du temple Angkor Wat. Il est le point de départ de tout visiteur donc il y a du monde mais en ce mois de juin pas autant qu’on le craignait (c’est la basse saison touristique). Le spectacle du lever de soleil sur ce temple est grandiose, d’une incroyable beauté. Ce temple est une fierté nationale, il est même l’emblème des billets de banque du pays et représenté sur le drapeau national. On comprend cette fierté, il est immense, majestueux, son architecture est singulière.

Comme je l’ai dis précédemment visiter les temples est éprouvant, on marche beaucoup, il fait chaud même très chaud et puis il faut monter, descendre toutes ces marches hautes et irrégulières, ils devaient être musclés les khmers du Xème siècle! 

Le petit circuit s’étend sur 17km et le grand sur 26km. C’est impressionnant de découvrir les vestiges de cette civilisation et d’imaginer l’ampleur, la richesse que devait représenter cet empire, la vie qui devait y régner et que dire de tous ces hommes, ces femmes et ces milliers d’éléphants qui ont consacré leur vie à la construction de ces monuments des siècles durant.

Parmi les temples les plus célèbres : Angkor Wat, Angkor Thom qui comprend le Bayon, le Baphon et le Palais royal,  le Ta Prohm (lieu de tournage de certaines scènes du film Tom Raider), le Prasat Pre Roup, le Ta Som.

Aujourd’hui, après des siècles d’oublis, de gros travaux de restauration ont permis de reconstituer certaines ruines, d’autres sont en cours et on peut constater une réelle dynamique autour de ces travaux archéologiques. Ce site attire beaucoup de touristes, il représente une vraie manne économique pour Siem Reap et sa région.

En dehors des deux circuits nous avons visité d’autres vestiges : le Banteay Srey et le Banteay Samre.

Sur la route qui mène au premier nous avons pu admirer le travail d’artisans sculpteurs sur bois, découvrir la fabrication du sucre de palme et faire une marche dans une forêt luxuriante jusqu’à une rivière dont les roches ont été sculptées de nombreuses représentations bouddhiques.

Quelques conseils pour visiter les temples d’Angkor:

Démarrer sa journée de bonne heure (l’Angkor Wat est accessible dès 5h et les autres temples à partir de 7h, l’ensemble du site ferme à 17h30).

Se couvrir les épaules et les jambes (règle valable dans tous les temples), ces temples sont des vestiges et plus des lieux de cultes donc il n’est pas nécessaire de se déchausser (Ouf!).

Emporter de l’eau et de quoi se restaurer, les prix sur le site sont exorbitants (exemple le fried rice est à 8 dollars contre 2 dollars en ville).

Faire les circuits à l’inverse des aiguilles d’une montre (on croise moins de touristes et notamment moins de bus de chinois. Je n’ai rien contre les chinois attention! mais c’est juste les seuls à être en circuits organisés et à se déplacer en grands bus).

Revenir sur le site d’Angkor Wat dans l’après midi pour y prendre des photos sans la horde de touristes.

Nos trois journées de visite des temples d’Angkor nous ont enchantés au delà de nos espérances.

La ville de Siem Reap a su également nous séduire, il s’y mêle des airs de ville asiatique traditionnelle et de modernisme.

Le quartier en centre ville appelé Pub Street regroupe bon nombre de bars et restaurants implantés dans de jolies bâtisses coloniales. 

Nous avons flâné dans plusieurs petits marchés artisanaux de la ville.

Nous sommes allés à la rencontre des artisans de demain dans une école d’apprentissage qui privilégie l’accueil de jeunes issus de milieux défavorisés de tout le pays.

Nous avons assisté à une représentation de danses Apsara, ces spectacles de danses ancestrales étaient jadis réservées aux rois. 

Parmi les petites découvertes qui font plaisir :

La présence de quelques boulangeries à la française, un peu de bon pain c’est pas mal!

Un délicieux glacier (merci à Morgane et Johan pour le tuyau) le Gelato Lab.

Un petit restaurant qui est très vite devenu notre cantine le Tevy’s Place qui propose une cuisine locale délicieuse et à des prix tout doux, l’accueil est très souriant (entre 1,75 et 4 dollars les plats), une belle et émouvante histoire de famille à découvrir.

Le bilan de notre séjour au Laos :

Autant rentrer directement dans le vif du sujet, ce pays d’Asie tout en longueur niché entre la Thaïlande et le Vietnam a été un véritable coup de coeur pour nous! Nous l’avons traversé du nord au sud et y sommes restés 30 jours (le temps complet du visa). Nous sommes arrivés par la frontière thaïlandaise de Chiang Kong / Huey Xai (coût du visa: 30$).

Itinéraire :

J1 : Nous passons la frontière terrestre jusqu’au village de Huey Xai où nous passons notre première nuit laotienne.

J2 : Nous embarquons sur un bateau pour une journée de croisière sur le Mékong au milieu d’un joyeux bazar de touristes, locaux, marchandises, scooters. C’est à Pakbeng que nous passons notre deuxième nuit. 

J3 : A Pakbeng nous passons la journée au Mekong Elephant Park (55€ par personne), un sanctuaire très respectueux qui permet d’observer les pachydermes, d’en apprendre sur leur mode de vie, leur comportement et sur la vie de cornac.

J4 : Nous reprenons place sur un bateau pour une journée de navigation vers la ville de Luang Prabang que nous atteignons en fin d’après midi. (Coût du slow boat de la frontière à Luang Prabang: 15€)

J5,6,7 : Nous découvrons la jolie ville coloniale de Luang Prabang et son architecture, au programme: visite de plusieurs temples disséminés dans la ville, balades dans les rues au bord de la rivière et du Mékong, découverte en scooter de la cascade de Kuang Xi (2€ l’entrée) et de son centre de préservation d’ours bruns, visite d’une ferme bio avec repas chez l’habitant chez Fasai Garden, montée au Mont Phusi au coucher de soleil, visite du marché de nuit et de sa street food, découverte du Tak Bat, l’offrande matinale aux moines.

J8,9,10 : Nous prenons un mini van (8€) pour nous rendre au nord du pays dans le village de Nong Khiaw au bord du Mékong et en profitons pour passer une journée, accompagnés d’un guide à : explorer les bords du Mékong en bateau, découvrir une grotte ayant servi d’abri pendant les bombardements américains de la guerre du Vietnam, se balader dans des villages et notamment celui de Muong Noi, faire une marche et se baigner dans un bassin avec une cascade. (agence Tiger Trail à Nong Khiaw: 25€/ personne repas compris).

J11 : Nous repartons en mini van vers Luang Prabang où nous passons une dernière nuit.

J12,13 : Nous allons à Vang Vieng en mini van (9€) et parcourons en scooter la campagne environnante, ses coins de baignade appelés lagoon et ses paysages aux multiples monts karstiques.

J14 : Nous prenons un bus pour la capitale Vientiane (5€) et nous baladons dans la ville.

J15,16 : Nous partons en bus à Kong Lor (16€) et en profitons pour visiter en barque la magnifique grotte de 12km de long (6€) et faire une balade le long de la rivière au  milieu des enfants, des pêcheurs, des buffles et des milliers de papillons.

J17 : Nous partons pour Savannakhet (2 tuktuks et un bus), une ville aux larges rues abritant quelques bâtisses coloniales.

J18 : Nous prenons un bus pour Pakse (6€), cette ville est le point de départ de la boucle à moto sur le plateau des Bolovens.

J19,20,21,22 : Road trip en moto sur le Plateau des Bolovens (Cf l’article dédié à cet itinéraire).

J23 : Nous découvrons en scooter la petite ville de Champassak traversé par le Mékong et surtout son temple le Vat Phou (datant du Xème siècle, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco). Nous passons une dernière nuit à Pakse.

J24,25,26,27,28,29 : Nous prenons un bus puis un bateau (7€) pour nous rendre aux 4000 îles et plus précisément sur l’île de Don Khone où nous nous reposons, au programme: farniente dans notre petit bungalow et dans le hamac, sortie kayak d’une journée en groupe avec un guide à la découverte de cascades, de la flore, des dauphins d’Irrawaddy, découverte des chutes de Liphi, balade à vélo sur l’ile de Don Khone et de Don Det.

J30 : Nous quittons ce petit havre de paix encore une fois en bus pour nos rendre à la frontière de notre prochaine destination, le Cambodge.

Nos hébergements:

A Huey Xai : Sabaidee Guesthouse (12€), une guesthouse propre, simple, très correcte pour une courte étape.

A Pakbeng :  Pakbeng Guesthouse (10€), un petit établissement familial plutôt sommaire, il a l’avantage d’être situé près du quai d’embarquement.

A Luang Prabang: Sakura Wood House (9€), la chambre est propre mais très petite, la décoration est vieillotte, pour le prix dans cette ville touristique il reste correct.

Soutikone Place 2 (9,50€ avec le petit déjeuner), un bon rapport qualité prix, la chambre est grande, propre et confortable.

A Nong Khiaw : le Nong Khiaw Riverside (25€ petit déjeuner compris), un établissement très joli avec des bungalows qui surplombent le Mékong et une vue magnifique depuis leurs terrasses.

A Vang Vieng : Le Magic Monkey Garden (13€) est situé à l’écart de l’agitation de la ville mais suffisamment près pour se déplacer à pieds, il a une piscine d’eau salée petite mais agréable, les chambres sont minimalistes mais confortables. 

A Vientiane : le Thawee guesthouse (13€ petit déj compris), l’accueil est désagréable, l’établissement est médiocre ( sale, vieux) bref je déconseille!

A Kong Lor: Le Spring River Resort ( 13€ le bungalow côté jardin), l’établissement est bien conçu au coeur d’une végétation luxuriante, les bungalows sont très agréables, un très bon rapport qualité prix. Les repas y sont très bons (un peu chers pour la moyenne du pays). L’accueil est sympathique.

A Savannakhet : le Sala Thongyon ( 9€ petit déjeuner compris) est une petite guesthouse familiale à l’accueil chaleureux à l’écart de la ville qui propose de petits bungalows en bois autour d’un joli jardin où gambadent des lapins). C’est un bon rapport qualité prix.

A Pakse : L’Hostel 1918 (5€ le lit) est une auberge de jeunesse à la décoration très soignée, les dortoirs sont propres, confortables, les sanitaires  bien conçu et l’espace commun agréable.

Sur la boucle du Plateau des Bolovens:

A Tad Lo : Palamei Guesthouse (10€) est un établissement familial qui propose des bungalows avec une jolie vue sur la campagne environnante. L’accueil est chaleureux ( présence d’une jeune française en Workaway).

A Tad Houa Khon : Le PS Garden (6€) toute petite structure familiale qui propose des chambres sommaires mais correctes pour une courte étape. En saison touristique des tentes sont installées sur de petits plateaux qui surplombent la rivière avec une vue sur la cascade.

A Tad Tayiscua : Le Tad Alang Homestay (10€ la chambre) est situé en bord de rivière, près de la cascade Tayiscua, son espace commun est agréable, avec des transats, on y mange plutôt bien. Il y a différentes catégories d’hébergements (dortoirs, chambres doubles avec salle de bain commune). Les chambres sont simples mais correctes.

A Don Khone (4 000 îles) : Le Boun Phan (8€ le bungalow) est une petite structure familiale qui propose des bungalows simples, sommairement agencés mais très agréables ( surplombe le Mékong), chaque bungalow possède sa petite terrasse avec ses hamacs.

Quelques restos que nous avons appréciés : 

A Luang Prabang : Le Tamarind Tree est un petit resto sans prétention en bordure du Mékong, il ne faut pas y aller pour le sourire de la patronne ni du serveur on y a mangé 3 fois et on l’attend encore… il ne faut pas non plus être trop exigeant en décoration mais on y mange très bien pour un prix très correct (environ 3€ plat+boisson).

Le Bouang, restaurant fusion joliment décoré et à la cuisine raffinée, bon c’est du fusion donc un peu cher pour un budget backpacker (environ 10€ par personne pour un plat et une boisson).                                             

A Kuang Xi waterfalls : repas chez l’habitant à Fasai Garden, repas typique, bio, simple.

A Vang Vieng : Le Happy Mango est un petit restaurant qui propose des plats thaïlandais.

A Kong Lor : le restaurant de notre hébergement le Spring River Resort. 

A Pakse : bon ce n’est pas de la cuisine typique du Laos mais en voyage ça fait aussi du bien de retrouver des saveurs familières alors quoi de mieux qu’une bonne pizza italienne de chez Dok Mai Lao Trattoria Italiana. C’est dans cette ville qu’on a découvert une très bonne boulangerie tenue par un français : la Boulange.

A Don Khone : Chez Fred et Léa est tenu par un français et sa compagne laotienne, très proche de notre hébergement sur l’île, ce petit restaurant a été notre cantine durant les quelques jours passés aux 4000 îles.

Un petit point sur le budget:

Nous avons passé 30 jours au Laos et avons dépensé 1505,40€ soir une moyenne de 25,10€ par jour et par personne, ce qui est légèrement au dessus de ce que nous pensions mais faut dire qu’on s’est fait quelques petits extras.

Nos coups de coeur au Laos :

La douceur de vivre des habitants et la beauté des paysages sont incontestablement les aspects du pays qui nous ont le plus séduit.

Nous avons souvent loué un scooter et le sentiment de liberté et d’autonomie que cela procure nous a beaucoup plu.

Les 2 journées de traversée du Mékong pour rejoindre Luang Prabang sont des moments forts de notre voyage. Le moment de partage d’un repas à bord avec des femmes laotiennes et la rencontre de Sonia, une voyageuse française y sont certainement pour beaucoup mais également la découverte d’une vie simple, rythmée par le fleuve.

La journée passée au sanctuaire pour éléphants Mekong Elephant Park restera à jamais gravée dans nos mémoires (cf la vidéo youtube dédiée).

La ville coloniale de Luang Prabang a un charme tout particulier auquel nous ne sommes pas restés insensibles.

Les chutes de Kuang Xi et leurs eaux turquoises sont magnifiques, un conseil : y aller de bonne heure vers 8h30/9h, avant l’arrivée des bus de touristes chinois. Il faut compter 45mn de scooter depuis Luang Prabang.

Le nord du pays et ces villages au bord du Mekong (Nong Khiaw, Muong Noi) mérite le détour et nous y serions bien restés plus longtemps. 

La grotte de Kong Lor est un site d’exception impressionnant qui nous a beaucoup plu.

Les 4000 îles, ce havre de paix est unique, nous avons beaucoup apprécié y séjourner et nous y reposer.

Au Laos, nous avons également fait de belles rencontres, Sonia, Blue, François, Andréa, Johan, Morgan et Selim.

 Ce pays comme je l’ai déjà dis a été un véritable coup de coeur pour nous, nous y reviendrons pour prendre plus de temps dans le nord et parcourir la région de Thakhek pour faire la boucle en moto qui d’après les témoignages que nous avons eu, est magnifique.

Entre Myanmar et Laos, une petite traversée de la Thaïlande :

En partant de la Réunion, nous avons choisi d’atterrir à Bangkok (vol direct avec Air Austral) pour rejoindre ensuite la frontière terrestre vers le Myanmar. Nous en profitons pour nous poser deux jours dans cette mégapole et découvrir ou redécouvrir certains sites et quartiers. Nous décidons de loger dans un quartier populaire au bord de la rivière Chayo Praya qui traverse la ville, le quartier de Thewet. Il est animé avec ses stands de rue, son marché et ses petits restaurants le long du canal, son marché aux fleurs. Nous apprécions son atmosphère calme. Nous passons deux nuits à Sawadee Guesthouse, très agréable, propre et pas chère ( 394 baths la nuit soit 11€).

Durant notre séjour à Bangkok, nous mangeons dans des stands de rue (très nombreux dans la ville), nous découvrons le quartier chinois (Chinatown ou Yaowarat) en soirée.

Nous visitons les temples Wat Poh et le Wat Arun ( en bateau depuis le quartier de Thewet).

Nous renonçons à visiter le palais royal en raison de la foule. Le couronnement du roi doit avoir lieu dans les prochaines semaines et les préparatifs sont déjà bien visibles dans toute la ville notamment dans les tenues vestimentaires, énormément de personnes s’habillent en jaune.  Nous apprendrons que le roi Maha Vajiralongkorn est né un lundi (comme son défunt père) et le jaune est la couleur du lundi. On peut voir d’immenses photos du roi dans toute la ville, nous découvrirons par la suite que c’est le cas dans l’ensemble du pays, en ville comme dans les villages, ce couronnement est un évènement national très important.

Nous nous sommes déplacés dans la ville en bateau, en bus ainsi qu’en métro. (Le bus et le bateau ne coûtent que quelques centimes d’euros).

C’est à la gare routière située dans le quartier de Mo Chit que nous prenons un bus pour nous rendre à la frontière du Myanmar.

Au terme de notre voyage au Myanmar, nous repassons par la Thaïlande car il n’y a pas d’accords frontaliers entre le Myanmar et le Laos ( prochain pays d’Asie du Sud Est que nous avons choisi de découvrir). Nous nous dirigeons vers le Nord de la Thaïlande et choisissons de nous poser quelques jours à Chiang Mai, pour cela nous prenons un tuktuk de la frontière à la gare routière de Mae Sot puis un bus jusqu’à la ville de Tak puis pour finir un autre bus pour Chiang Mai (environ 7 heures de voyage en tout). 

Dans notre projet de voyage « tour du monde » nous avons choisi d’opter au maximum pour des passages de frontières par voie terrestre et ce, pour plusieurs raisons: tout d’abord  écologiques car évidemment l’avion est beaucoup plus polluant que les transports routiers, pour des raisons également économiques ( même si les transports aériens ne sont pas très chers en Asie, les transports collectifs routiers restent plus interessants), nous trouvons aussi qu’un passage de frontière par voie terrestre est une expérience de voyage et nous pouvons prendre le temps pour ça. Pour finir, je ne suis pas hyper à l’aise dans un avion alors si on peut faire autrement pourquoi s’en passer?

A Chiang Mai nous choisissons une guesthouse dans le vieux quartier de la ville, dans un endroit calme et populaire. Baba Pim Villa est très bien située, très agréable avec son petit jardin et sa décoration soignée (305 baths la nuit soit 8,50€). Elle est tenue par un couple franco thaïlandais très sympathique. Le seul inconvénient, nous avons une chambre sans climatisation et par cette chaleur, le ventilateur n’est pas suffisant. Nous y passons quatre nuits puis nous allons juste à côté, à Doi Doo Dao, pour deux nuits supplémentaires. Cette auberge de jeunesse est très bien  et climatisée ! (600 baths la nuit soit environ 17€ la chambre double avec salle de bain privative).

La vieille ville est parsemée de nombreux temples dont le Wat Chedi Luang et le temple d’argent.

Le marché de nuit de Chiang Mai est riche en découvertes artisanales, culinaires et culturelles (spectacles de danses traditionnelles, de chants). 

Nous louons un scooter ( pour 6€ la journée) afin de parcourir la campagne environnante, nous nous baignons dans les cascades Doi Suthep et déjeunons en bord de rivière dans un des petits restaurants local, les pieds dans l’eau.

Un majestueux temple, le Wat Doi Suthep (nom de la montagne) surplombe toute la vallée et la ville de Chiang Mai.

Le voyage, la marche, le scooter ça fatigue alors rien de tel qu’un petit massage pour se remettre en forme ! J’ai opté pour un massage aux huiles pratiqué par des masseuses installées dans l’enceinte d’un temple dans notre quartier et je ne l’ai pas regretté, c’était tonique, efficace mais relaxant ! Tout ce dont j’avais besoin ! (6 € pour une heure de massage).

Après quelques jours à Chiang Mai nous poursuivons notre route vers Chiang Rai, plus au nord, en bus. 

Il fait très chaud et nous jetons notre dévolu sur une guesthouse avec piscine ! C’est donc à Chan Guesthouse que nous passerons nos trois derniers jours dans le pays, le personnel est très agréable, la chambre est simple mais très correcte et la piscine est top ! Pour 8€ la nuit on ne pouvait pas rêver mieux et en plus on y mange très bien !

Durant ce court séjour nous louons encore une fois un scooter pour visiter le fameux temple blanc ! Le Wat Rong Khun . Ce temple n’est pas un lieu de culte mais l’oeuvre excentrique d’un artiste thaïlandais Chalermchai Kositpipat qui a voulu honorer le roi Rama IX et sa ville natale. Le chantier a démarré en 1996 et devrait se terminer en 2070 ! Oui oui il n’y a pas de faute de frappe vous avez bien lu ! L’oeuvre est décalée voire surréaliste, ce qui la rend spectaculaire, on a trouvé le Gaudì thaïlandais !

Après le temple blanc, changement de couleur, ça sera le temple bleu!

Il est temps de rejoindre la frontière et c’est encore une fois en bus que nous partons pour Chiang Kong puis en tuktuk que nous rejoignons le poste frontière pour notre prochaine destination le Laos.

Nous avons apprécié ce court séjour en Thaïlande, pays qui n’était qu’une étape entre le Myanmar et le Laos.

De la Thaïlande au Myanmar, notre passage de frontière terrestre et nos 3 nuits à Hpa An:

Nous quittons Bangkok pour le Myanmar; nous avons choisi de passer la frontière par voie terrestre avant tout pour des raisons écologiques mais également économiques.

Nous prenons un bus (6,5 baths soit 0,18€ chacun) pour nous rendre à la gare routière de Mo Chit, quartier de Bangkok situé dans le nord de la ville. C’est samedi et le trafic est dense, à la gare c’est l’effervescence, les fêtes du nouvel an ( Songkran) approchent et les déplacements sont importants, on a d’ailleurs failli ne pas trouver de places de bus mais après avoir arpenté les différents guichets qui proposent des tickets pour la frontière birmane nous parvenons à nous en procurer. ( guichets: 21,23,25,33 et 35).

Vers 19h nous embarquons pour 9h de bus environ (580 baths soit 16€ chacun). Arrivés à Mae Sot, nous descendons et c’est en tuktuk que nous finissons le trajet jusqu’ au poste frontière (200 baths soit 5,5€ pour nous deux), où nous attendons jusqu’à 5h30 que le poste s’ouvre. Nous découvrons des centaines de thaïs et birmans qui comme nous attendent, et nous sommes 7 voyageurs étrangers. Une fois les formalités passées nous embarquons à 6 dans un taxi collectif avec Mr Beauty (je pense que c’est un pseudo) mais c’est ainsi qu’il se présente. Après négociations c’est pour 15000 Kyats par personne ( soit 8,80€) que nous effectuons les 3 heures de route (défoncée) jusqu’à notre première étape Hpa An.

La petite ville de Hpa An est réputée pour ses grottes sanctuaires, ses rochers karstiques, ses temples et monastères. Comme nous aimons prendre notre temps pour découvrir et observer la vie locale, nous avons choisi d’y rester 4 jours. 

En ce mois d’avril il fait très chaud et sec. Le pays, comme son voisin thaïlandais se prépare à fêter son nouvel an ( Thingyan). 

Nous louons un scooter avec notre guesthouse et visitons les différents temples et grottes des alentours. Nous pensions au départ louer des vélos mais les sites sont trop éloignés les uns des autres et de toute façon avec cette chaleur ….impossible.

Nous commençons par Kaw Ka Taung, une petite grotte avec une cavité au fond à laquelle on accède à quatre pattes.

Puis nous nous rendons à la grotte de Saddan (1000 kyats/ 0,60€) grandiose avec son temple majestueux et ses vastes galeries au bout desquelles nous finissons la visite, en barque.

Pour nous rafraîchir un peu, nous poursuivons vers Yae Ta Khon où une sorte de piscine a été aménagée pour le plus grand plaisir des jeunes birmans, je respecte les traditions locales et c’est toute habillée que je savoure ce moment de fraîcheur. Les jeunes filles se baignent avec leurs sarong et corsages colorés, certains garçons sont torse nu. Sur le site, en dehors de la saison sèche on peut y voir une cascade.

Notre journée se poursuit par la découverte du site de Kyauk Ka Lat avec son singulier monastère érigé sur un piton rocheux au milieux d’un lac (donation libre aux moines).

Nous terminons cette journée à la grotte historique de Kawgun (3000 kyats/1,80€), dont les parois sont parsemées de milliers de petites statuettes de bouddhas d’argile. Ce sanctuaire date du VII ème siècle.

Nous ne sommes pas allés à la grotte aux chauves souris ( envolées à la tombée de la nuit) car en ce moment les femelles sont en gestation et ne s’envolent pas ( ce qui m’arrange assez à vrai dire).

Cette journée nous a permis de découvrir également la campagne environnante avec ses vastes rizières (sèches actuellement) et ses villages aux maisons en bois sur pilotis…

Le lendemain, nous avons mis le réveil à sonner très tôt pour faire la randonnée jusqu’au Monastère du Mont Zwekabin, il fait très chaud et il vaut mieux marcher le plus possible avant le lever du soleil. Il y a 2 accès possibles: un par le jardin Lumbini (près de la piscine de Yae Ta Khon) et l’autre plus court mais plus raide au nord du mont. Nous découvrirons en chemin que nous sommes sur ce dernier…. mes cuisses s’en souviennent! Au sommet, la vue est à couper le souffle sur toute la région de Hpa An, une stupa trône au centre du monastère. Après une petite pause et un petit bol de noddles, nous voilà repartis pour redescendre les quelques 3741 marches… il est 10 h et le soleil brûle, nous croisons quelques singes assez agressifs ( ils cherchent à récupérer de la nourriture). Le bémol de cette marche est d’ailleurs l’invasion de déchets plastiques en tout genre qui jonchent le sol. Il y a bien quelques panneaux qui indiquent de ramener ses déchets mais…. 

Le dernier jour, nous décidons de découvrir Hpa An au petit matin, nous aimons découvrir l’animation de cette petite ville avec ses marchands ambulants, ses femmes qui transportent leur panier chargé de fleurs, de fruits et légumes sur leur tête. 

Le marché est un lieu que nous apprécions particulièrement avec son mélange de fruits, légumes, d’épices et de poissons séchés….

Une balade le long de la rivière au coucher du soleil jusqu’au marché de nuit font également partis des belles découvertes à Hpa An. C’est d’ailleurs sur ce marché que nous avons mangé tous les soirs, des repas simples mais bons et variés, pour des sommes vraiment dérisoires ( de 500 à 2000 kyats par personne/ de 0,30€ à 1,20€)

Nous avons également mangé dans deux petit boui-boui en ville: un est situé en face de l’Hotel Parami et l’autre face de la Pagode They Tha Man Aung ( le Shew ma gyi restaurant).

Notre Guesthouse à Hpa An: Than Lwin Pyar Guesthouse (sur Booking): elle est très bien située, le personnel est adorable et de bon conseil, le petit déjeuner est copieux et correct ( inclu dans le prix de la chambre) . La chambre double est entre 14 et 17€. (Grandes chambres avec salle de bain privée).

Pondichery

Il règne à Pondichery une atmosphère singulière. La ville est séparée en deux par un canal et découpée en quartiers. Au détour d’une rue, on passe de la frénésie du quartier indien avec sa circulation trépidante et klaxonnante à la quiétude du quartier français avec ses belles demeures coloniales, colorées bordées d’arbres. Les  noms de rues sont écris en français, vestige de l’ancienne colonie. Notre guesthouse se situe dans le quartier musulman, l’emplacement est idéal pour découvrir la ville.

Cet ancien comptoir français a beaucoup de charme, nous avons particulièrement apprécié:

Se promener sur le bord de mer où trône la majestueuse statue de Gandhi, ses monuments et son parc Barathi.

Déambuler dans les rues du quartier français, découvrir l’Ashram de Sri Aurobindo et la ferveur de ses visiteurs.

Se laisser porter par l’effervescence du Grand Bazar appelé aussi Marché Goubert dans le quartier indien, les sens en éveil.

Assister à la cérémonie de la bénédiction de Lakshmi, l’éléphant aux yeux verts du temple Arulnigu Manakula Vinayagar.

Flâner dans le quartier musulman parsemé de mosquées.

Assister à un spectacle de danses Barathanatyam près de la statue de Nehru, face à celle de Gandhi.

Se faire inviter dans un cours de chants religieux et écouter les enfants chanter.

Goûter encore et encore à la richesse de la cuisine indienne, dans les petits stands de rue comme dans les restaurants, particulièrement pour les petits déjeuners et déguster un thali (plat traditionnel).

S’émerveiller par la multitude des écureuils (pas les roux que l’on connait en France mais les petits, rayés comme Tic et Tac dans Disney!).

Boire un verre dans un des nombreux rooftop et dominer la ville, en compagnie des corbeaux omniprésents à Pondichery.

Et par dessus tout, nous avons vraiment apprécié l’accueil, la gentillesse de Mujib et sa femme Fatima, nos hôtes la la Guesthouse SWADES. Mujib s’est montré curieux de mieux nous connaître et de répondre à nos attentes pour visiter sa ville. Il a été de très bons conseils et à vraiment contribué à notre agréable séjour à Pondichery. Mujib et sa femme distribuent du riz aux plus nécessiteux tous les vendredis et cette action sociale me touche particulièrement.

Nous avons surtout mangé dans la rue à Pondicherry mais nous avons découvert la cuisine dans deux restaurants:

Le Surguru qui propose des plats traditionnels et en particulier le Thali (uniquement pour le déjeuner), les plats sont copieux, les serveurs agréables et de bons conseils, car il n’est pas toujours facile de s’y retrouver sur une carte de menu indienne!!! (135 roupies le thali soit environ 1,5€)

Pas toujours facile de choisir son plat sur une carte indienne !

Nous n’avons pas testé le Thali au Indian Coffee House car il y avait des travaux devant et donc un bruit assourdissant….mais il paraît qu’il est délicieux aussi.

Un soir nous avons choisi de manger dans un restaurant plus moderne et chic à la Villa Shanti dans une belle maison coloniale ( environ 15€ à deux, boissons et café compris).

Pondichery et son caractère unique nous aura, vous l’aurez compris, beaucoup charmé…