Le triangle culturel : au coeur des cités anciennes du Sri Lanka

Les sites qui forment ce fameux triangle culturel sont situés dans les plaines centrales de l’île.

Dès notre arrivée au Sri Lanka, nous avons choisi de découvrir la cité ancienne la plus au nord, Anuradhapura. Construite au IV ème siècle avant JC, elle a été la capitale et l’épicentre de la civilisation bouddhique pendant 1300 ans. Les divers monuments, temples, dagobas, vestiges de palais sont disséminés dans une nature luxuriante, au milieu des rizières, peuplée de nombreux oiseaux. On y croise des grues et autres échassiers, beaucoup de paons et bien sûr de nombreux singes à l’affût de la moindre friandise ou fruit. C’est ici que j’aurai découvert que les paons montaient à la cime des arbres… La cité ancienne d’Anuradhapura reste un lieu de prières, de pèlerinage très important. Les sri lankais visitent les temples toujours vêtus de blanc. Nous avons décidé de parcourir cette cité à vélo, ce qui est très agréable et bien pratique aussi car elle s’étend sur plus de dix kilomètres.

C’est ici que nous découvrirons pour la première fois une pierre de lune. Et là vous vous dites, « mais qu’est ce qu’une pierre de lune bouddhique? »

La pierre de lune est un ensemble de dalles semi circulaires qui marque la première marche pour accéder à un temple bouddhique. L’ensemble symbolise l’ouverture à la voie de la sagesse. La frise de pétales de fleurs représente la douleur générée par les flammes du désir, à l’origine des tourments de l’Homme. Sur le bandeau suivant, on voit 4 animaux qui se succèdent: l’éléphant représente la naissance, le cheval, la vieillesse, le lion, la maladie et le taureau le déclin et la mort. Ce qui représente le cycle de l’existence. Dans le troisième demi cercle, les feuilles et fleurs incarnent le désir dont doit se détacher le disciple pour accéder au Nirvana, étape où le mental est apaisé. Les oies marquent l’étape du discernement. Enfin au coeur de la pierre, la fleur de lotus représente le but ultime de ce chemin spirituel: l’accès au Nirvana.

 Nous finissons notre visite par l’arbre sacré, le Sri Maha Bodhi. Cet imposant arbre aurait été planté à partir d’une branche (ramenée d’Inde) de celui sous lequel Bouddha se serait allongé et aurait atteint l’éveil. Ce lieu est empreint de beaucoup de ferveur, les gens amènent des offrandes, des fleurs de lotus, brûlent des petits pots emplis d’huile et récitent des prières les mains jointes assis sur le sol, ou lisent des textes sacrés.

Le lendemain de cette visite, nous décidons de nous rendre à Mihintale, autre lieu bouddhique fondamental puisqu’il est le berceau du bouddhisme au Sri Lanka. Forts de notre expérience de la veille, nous décidons d’y aller à vélo (25 km aller/retour sur du plat). Arrivés sur place nous partons à l’ascension du majestueux ensemble de monuments, temples. Il fait chaud, les marches irrégulières rendent l’exercice un peu physique, mais la beauté des lieux et la vue au sommet récompensent nos efforts. Les sri lankais sont en vacances et encore une fois jeunes et vieux arpentent les lieux avec une dévotion palpable.

La suite de notre itinéraire nous amène à Polonnaruwa, capitale du Sri Lanka du XIème au XIIIème siècle. Encore une fois c’est à vélo que nous parcourons cette cité ancienne, elle est moins étendue que la précédente, elle est assez imbriquée à la ville actuelle. Certains monuments bordent un lac. Polonnaruwa est un site archéologique. La visite du musée pour commencer, nous permet de mieux nous représenter ce que fut cette cité, car certains vestiges ne sont plus que ruines, notamment le palais royal. Nous finissons notre visite par un ensemble de bouddhas (debout, assis et couché) extrêmement bien conservés et d’une beauté saisissante. 

Nous poursuivons ensuite notre route vers le village de Sigiriya, auprès duquel trône, un imposant et majestueux rocher, le Rocher du Lion. C’est ici qu’au début du XXème siècle, ont été découverts les vestiges d’un palais datant du V ème siècle, ayant appartenu au roi Kassyapa. Lequel aurait assassiné son père pour accéder au trône et se serait réfugié au sommet de ce rocher pour se prémunir d’éventuelles menaces. Les jardins royaux ainsi que le sommet du site sont magnifiques. La vue sur la région, sur l’autre rocher, le Pidurangala, est incroyable. Ce rocher est très prisé des visiteurs et pour échapper à la foule en ces périodes de vacances, nous avons dû nous lever tôt… 

Près de Sigiriya, se trouve un autre vestige bouddhique très intéressant, celui de Dambulla, constitué de temples troglodytes datant du premier siècle avant JC et ayant été embellis au fil des siècles par les rois successifs qui ont régné sur le pays. On découvre de majestueuses statues de Bouddhas et des fresques colorées parfaitement conservées.

Et pour finir notre séjour dans le triangle culturel, nous poursuivons notre route vers la ville de Kandy, ancienne capitale du Sri Lanka, plus au sud de l’île, dans laquelle nous découvrons le Temple de la Dent, un lieu hautement symbolique pour les bouddhistes car il renferme un reliquaire avec une dent ayant appartenu à Bouddha. Cette dent a longtemps joué un rôle politique important car la posséder était signe de pouvoir dans le pays. La légende raconte que certains pillards indiens auraient tenté de casser, en vain, la dent, de laquelle une lumière aurait jaillit…. Encore un lieu de culte très fréquenté par les sri lankais bouddhistes, ce qui confère au temple une atmosphère singulière, presque intimidante.

Ces différents sites culturels méritent qu’on y consacre du temps, qu’on s’y attarde pour observer les rituels, admirer la richesse de ce culte et découvrir la faune et la flore de ces lieux.

2 réponses sur “Le triangle culturel : au coeur des cités anciennes du Sri Lanka”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *