Retour sur notre court séjour de deux semaines en Malaisie :

Cette destination n’était initialement pas prévue dans notre itinéraire mais nous avions deux semaines de battement avant de retrouver notre fille ainée et son compagnon à Kuala Lumpur pour nous envoler ensemble vers  le Sulawesi, alors pourquoi pas revenir en Malaisie, pays que nous avions visité en 2015 (côte ouest et région du Sarrawak à Bornéo). Nous avons choisi de nous poser quelques jours dans la capitale puis de passer une dizaine de jours sur les îles Perhentians.

Arrivés à l’aéroport, nous avons rejoint le centre ville en Grab (Uber asiatique) pour 16€, il y a près d’une heure de route (sans les éventuels embouteillages).

A Kuala Lumpur nous avons découvert le principe du condo, kesaco le condo? Non ça ne se mange pas et ça ne se boit pas non plus ! Le terme exact est condominium, ce sont des ensembles d’immeubles dans lesquels on peut louer un appartement à la nuit, la semaine au mois ou plus ( il existe aussi des condos en ensemble de maisons). En louant un appartement on a alors accès à une salle de sport, piscine, un jacuzzi et même un supermarché, coffeshop… situés à différents étages de l’immeuble. Un service de surveillance est également assuré.

 Le principe est simple : la réservation se fait via booking.com ou Airbnb par exemple, une fois qu’elle est validée on reçoit un mail avec un numéro de téléphone de la personne à contacter à l’arrivée (ou convenir à l’avance d’une heure, utile pour les arrivées tardives). A l’arrivée, la personne contactée remet les clefs de l’appartement et récupère une petite caution ( rendue au check out). Nous avons choisi un appartement dans le quartier de Bukit Bintang à 5mn de marche des célèbres tours Petronas et de la KL Tower. Ce concept est très répandu dans certains quartiers de la ville et on en trouve à tous les prix selon le niveau de confort souhaité. Pour moins de 20€ le notre était déjà très bien. (Immeuble Mercu Summer Suite)

A kuala Lumpur nous avons déambulé dans le quartier chinois (Petaling street et son marché central), sur Jalan Alor (une rue très animée le soir avec une multitude de restaurants de street food), dans le quartier indien avec ses magasins de saris et ses restaurants traditionnels, quel plaisir de retrouver les saveurs de la cuisine indienne au Restaurant Betel Leaf, excellent !

Nous avons bien sûr flâné dans le Centre Commercial des Tours Petronas et assisté au spectacle son et lumière dans le parc des tours jumelles.

Après quelques jours de vie citadine nous avons pris un bus de nuit à l’immense gare routière TBS de Kuala Lumpur pour nous rendre à Kuala Besut (9€ le billet). A l’arrivée, nous avons acheté nos tickets de bateaux pour l’île de Kecil, la plus petite, le repère des bacpackers et c’est aussi la plus festive. (15€ billet aller / retour avec les taxes).

Nous avons réservé à Panorama Diver sur la plage de Long Beach, c’est un centre de plongée qui propose des formules hébergement en bungalow + plongées. Nous avons pris un forfait de 8 plongées / 3 nuits (2 plongées par jour pour Alex puisque je ne plonge plus) et nous avons rajouté deux nuits supplémentaires (ceci est possible uniquement s’il y a de la place car on n’est pas prioritaire si on ne plonge plus). Nous avons donc payé pour 8 plongées et 5 nuits en bungalow pour deux 190€ ce qui est très raisonnable.

Les 8 spots où Alex a plongé : Rawa Island,  Coral View*, Sugar Wreck (épave), Tanjung Butong*, Pulau Serengeh*,  Tanjung Basi, Batu Caping, Temple of the Sea*. (Spots préférés *).

De mon coté, j’ai bien profité du snorkeling sur Long Beach, j’ai fait une sortie en bateau sur Turtle Beach, Turtle Point, Shark Point, KK Bay, Coral Garden.

On a pu ensemble admirer un beau coucher de soleil sur Coral Bay et on a marché à travers la jungle jusqu’au village de pêcheurs où une jolie mosquée a été érigée en longeant plusieurs jolies plages.  En bref quand on n’était pas dans l’eau on se prélassait sur des plages magnifiques turquoises et cristallines ou dans notre hamac….

C’est au club de plongée qu’on a fait connaissance de Fabrice et Elsa venus en vacances depuis le sud de la France avec leurs deux enfants Perrine et Victor et avec qui on a partagé d’agréables moments autour des barbecues de poissons installés tous les soirs sur la plage de Long Beach.

Après les quelques jours passés sur cette île, nous avons pris un bateau taxi pour découvrir sa grande soeur, l’île de Besar et c’est au Flora Bay Resort que nous avons séjourné. Nous n’avions pas réservé mais par chance il leur restait une chambre, comme quoi même en pleine saison touristique on peut trouver des chambres. Peu d’hébergement sont sur les plateformes de réservation comme booking.Com ou Agoda alors mieux vaut faire des recherches pour trouver des adresses mails d’hôtels ou faire comme nous, aller voir sur place. On a payé 23€ par nuit avec le buffet de petit déjeuner inclus (il n’est pas extraordinaire).

On a trouvé les plages de l’île de Besar plus jolies que celle de Kecil, parmi elles, celles de Flora Bay, d’Abdul Chalet et Teluk KK. Grace à l’application maps.me on a pu repérer un sentier qui  traverse la jungle et découvrir les plages de l’autre coté. Le chemin est à l’abandon. Il semblerait que les vacanciers préfèrent prendre le bateau taxi pour se déplacer. Une fois de l’autre coté, il suffit d’emprunter le sentier du littoral pour passer de plages en plages sans oublier de faire quelques haltes snorkeling bien sûr !

Les fonds marins des îles Perhentians sont vraiment magnifiques. tortues, poissons perroquet, poissons clown, petits requins de récif, balistes, anémones et coraux de toutes sortes voilà un petit échantillon de la faune  que l’on peut découvrir aux îles Perhentians.

Après une dizaine de jours sur ces îles, on revient sur la terre ferme et on fait le voyage inverse vers Kuala Lumpur, toujours en bus de nuit.

Et notre séjour en Malaisie s’achève par les retrouvailles familiales ! 

Coté budget ça donne quoi des vacances sur des îles paradisiaques?

En 16 jours nous avons dépensé 852€  soit 26,60€ par jour et par personne, finalement on ne s’en sort pas si mal non?